Hannover, parcs de Hanovre

A propos des parcs et jardins



Accueil

A propos de Hanovre

Recherche de parcs

Loisirs dans les parcs

Les saisons

L’intérêt des parcs et jardins pour l’homme et la ville

Une personne sur trois vies en zone urbaine loin de la nature. Les espaces verts des parcs et jardins consti­tuent souvent le seul contact avec la nature. Pour de nom­breux citadins les parcs sont le seul moyen de détente de proxi­mité et de loisirs. Ils créent des espaces de détente, de mou­vement et de rencontre. Ils ont un grand nombre de fonctions pour la popu­lation urbaine. Les parcs, que ce soit une forêt urbaine, un espace naturel, un parc muni­cipal ou un jardin, aug­mentent la qualité de vie et ainsi amènent les citadins à se sentir plus à l'aise dans la ville.

Outre le temps libre a gagné de plus en plus d’impor­tance au cours des dernières années. Les parcs y jouent un rôle croissant. Tout d'abord les parcs sont un lieu de ren­contre. On se retrouve avec des amis ou avec la famille pour faire une prome­nade ou un pique-nique. Puis on peut aller dans un parc pour pratiquer un sport, comme par exemple la course, le foot ou le vélo. Mais on peut aussi aller dans un parc pour faire tout simple­ment un petit tour, seul ou avec son chien. Ce sont seule­ment quelques exemples, car la liste des possibi­lités d’acti­vités de loisirs dans un parc est infinie.

Les parcs offrent un équilibre aux problèmes urbains. Ils forment un pôle opposé au bruit, à l'étroit et l'agitation urbaine et ils peuvent compenser des con­ditions défa­vorables. Avec l’instau­ration d’espaces verts dans la ville, on peut atténuer les problèmes urbains. De nombreux parcs ont été créés pour ces raisons, comme par exemple, le Jardin anglais de Munich « Englischer Garten », qui a été construit il y a 200 ans en tant que jardin public. Outre le Central Park à New York, qui a été créé il y a 150 ans à cause d'une crois­sance rapide de la popu­lation. Dans les deux cas, l'intention était d'amener des structures paysagées dans la ville et de les y intégrer. Le parc devait égale­ment faire fonction d’espace vert ouvert au sein de la ville, offrant des beaux paysages, de la verdure, du calme et de la détente, loin du stress de la vie agité de la ville. Ces espaces verts ouverts offrent un contraste à l'envi­ronnement urbain bâti.

De nombreux parcs sont devenus, par leur plantes et bâtiments séculaires, des points d'attraction. Ils ont souvent été créés par des paysa­gistes et archi­tectes reconnus dans leur temps. Les multiples parcs sont aussi un témoi­gnage d'une certaine époque. Ils reflètent les modes de vie et besoins du passé, contraire­ment aux parcs d’au­jour­d’hui qui répondent aux besoins de notre temps.

Les parcs contri­buent essen­tiellement à l'amé­lioration des conditions de l'environne­ment et du climat urbain. Parmi les aspects écologiques on peut compter l'amélioration du climat urbain avec la végétation. Aux jours chauds, il fait beaucoup plus frais dans la forêt que dans la ville. En plus les écarts de températures n’y sont pas très grands, ce qui est perçu comme très agréable. Notamment dans les grandes villes et agglomérations urbaines les forêts et parcs ont la fonction d’un «poumon vert». Cela concerne surtout la production d'oxygène, mais aussi l'effet de filtration de poussières à travers les feuilles. Les plantes agissent comme un filtre à air, en libérant de l'oxygène et en éliminant les particules de poussière par filtrage en les liants. En plus les plantes dégagent avec leur respiration de l'humidité, ce qui améliore le taux d'humidité aux alentours. En outre, les parcs créent espaces de compen­sation pour les surfaces cons­truites et imper­méa­bilisées.

Auf deutsch hannover-park

 Publicité

Le parc Georgengarten à Hanovre Parkanlage

La végé­ta­tion dé­tient l'eau de la pluie et la di­rige vers le sol. En résumé on peut donc dire que les parcs servent à la détente de la population urbaine et jouent un rôle important pour le climat urbain. En plus on peut ajouter qu’une vaste proportion d'espaces verts contribue aussi à une image positive d’une ville et est un facteur de dévelop­pement positif pour les entre­prises et a donc par con­séquent aussi des impli­ca­tions écono­miques.

hannover-park

Définition du terme et subdivision

Mais que-ce que c’est au juste un parc ou un espace vert? Il existe de nombreux types d'espaces libres dans la ville, comme des friches, des forêts, des lacs, des terrains de jeux et de sport, ainsi que des parcs dans le sens classique du terme. Tout d'abord ce sont des espaces, qui sont carac­térisés par une grande quantité de plantes et qui per­mettent le contact avec la nature à proximité des habi­tations. De plus, ces espaces doivent être acces­sibles au public, pour que les hommes dans la ville puissent en profiter.

Il existe plusieurs types d'espaces libres, qu’on peut re­grouper sous le terme «parc». Premiè­rement, il y a le jardin, qui est une surface formée par l’homme et qui est générale­ment aménagé très intensé­ment et bien entre­tenu. Deuxième­ment, il y a le parc (p.ex. un parc public, parc municipal), qui a en général une surface aménagée plus vaste et où l’entre­tien intense se limite parfois seulement sur très peu d’endroits. Le parc est en quelque sorte un grand jardin au style naturel. Il est une nature idéalisée et essaie de répliquer les meil­leures images d’un paysage sur une surface limité. Troisièmement, il y a la forêt ou forêt urbaine, qui a une surface vaste, large­ment boisé, parfois plantées par l’homme, mais qui n’est pas aménagé et entretenu esthétiquement. De même en ce qui concerne le paysage, qui est une surface moins boisé. En général ces espaces sont aussi plus étendus.

On peut aussi distinguer les parcs en matière de taille, de type et d’accessibi­lité. D’un côté il y a le grand parc situé au centre-ville avec une superficie ample et qui joue un rôle important pour toute la ville. D’un autre côté il y a les squares et petits parcs, attribué à un quartier. Certains parcs ont même une importance supra­régionale et attirent des gens de l'extérieur de la ville et même aussi d'autres villes (p.ex. le Jardin de Versailles). De toute façon, un grand parc unique dans la ville ne suffit pas. Les petits parcs à proxi­mité, rapidement accessibles, aux seins des quartiers résiden­tiels, sont aussi de grande impor­tance. Il faut pouvoir joindre un parc sans être dépendant de la voiture ou des transports publics. Tous les endroits de la ville, du centre-ville jusqu’à la périphérie, devraient avoir au mieux des parcs facile­ment accessibles.

Les parcs se différencient aussi dans leur évolution historique. Il existe beaucoup de parcs anciens qui se sont développées au fil du temps et qui peuvent être aujourd’hui des patrimoines culturels d'époques passées. Ça peut être le jardin d’un château médiéval par exemple, mais aussi un jardin paysager à l'anglaise. D'autre part, il y a aussi les parcs et jardins créés récemment, qui se distin­guent par leur qualité de nouvelles planta­tions et du jeune âge des arbres.

Ensuite, on peut distin­guer les parcs à quel point ils sont acces­sibles, parce-que tous les parcs ne se laissent pas toujours libre­ment pénétrer. Il y a des parcs qui sont clôturés et où l’entrée est payante ou bien des parcs qui sont seulement ouvert durant certaines heures. En outre, on peut distin­guer les parcs aussi par leur type de planta­tion, d'équipe­ment et de mesures d'entretien. Dans certains parcs l’aménage­ment et la qualité esthétique jouent un rôle important, ce qui se traduit par le degré d'entretien et le type de végétation et de planta­tion présente.

Finalement les parcs se laissent aussi distin­guer sur le plan social, selon quels individus et groupes s’y rendent. Le parc peut avoir une structure de visiteurs hétéro­gène, avec des gens de diffé­rents milieux culturels, bio­graphiques et socio-écono­miques ou bien être dominé par une structure de visiteurs plutôt homogène avec des per­sonnes semblables.


L'évolution historique

Les premiers parcs en Allemagne sont les jardins des châteaux forts et les jardins des cloîtres (aux environs de l'an 800). Le parc était entouré de murs, qui le proté­geaient de l'entourage «sauvage». Dans les jardins des cloîtres il y avait une exploi­tation agricole avec des plantes utiles ou bien le jardin avait plutôt une fonction symbolique. Le jardin du château fort médiéval était un lieu de con­vivialité et de joie de vivre.

Lorsque les épicentres culturels se sont déplacés de plus en plus vers les villes, les parcs eux aussi, se sont déplacés vers les villes, comme c'était le cas pour les jardins de l'art gothique par exemple. D'abord on a commencé à placer des jardins à proximité des résidences. Mais par manque d'espace on a été obligé de les trans­férer devant les portes de la ville, où ils ont formés une ceinture verte. L’exploi­tation agricole de ces jardins jouait encore un rôle prépon­dérant à cette l'époque. Néanmoins, ils se sont égale­ment déve­loppés de plus en plus vers des «jardins d'agréments», qui servaient aux loisirs et à la détente. En dehors des villes, il y avait des aussi pelouses qu’on utili­sait en tant que place de fête ou pour tirer à l'arc.

En Italie on a créé les jardins renais­sance resp. jardins à l’italienne, où le parc a formé un ensemble avec l'archi­tecture. Au début du 16ème Siècle l’ampleur de l'aménage­ment des parcs dépendait de la richesse des villes. Dans les grandes cités marchandes on a créé des jardins copieux, les jardins patriciens. Avec leur aménage­ment copieux ils ont surtout servi à la repré­sentation.

La construction du château de Versailles ainsi que son jardin dès l'année 1661 a marqué le style baroque français. Cela a eu un impact sur toute l'Europe. Les caracté­ristiques principales du jardin classique étaient le château, le parterre et les bosquets, qui étaient toujours alignés dans le même ordre sur un axe long. En général l’axe long traversait une forêt. Ainsi, le jardin était aménagé d’une façon géo­métrique­ment-repré­sentante qui donnait un cadre pour les fêtes, événe­ments et repas. Cette forme de parcs est surtout connu sous le nom «jardin à la française » au style géo­métrique régulier.

Le style a ensuite évolué vers des formes plus libres et irrégulières, ce qui a eu aussi un impact sur les chemins, pelouses et étangs. Le les formes du terrain se sont assouplis et on a mis davantage l'accent sur une végé­tation luxu­riante. Le parc paysa­ger à l'anglaise, venu d’Angleterre, s’est propagé sur le continent dès l’an 1750. La caracté­ristique de ce parc était des chemins sinueux dans des paysages pittores­ques, qui idéa­lisaient la nature. Ce parc est donc dominé par un style irré­gulier et semblable à la nature.

Tout d'abord la plupart des parcs étaient hors des villes, souvent ils étaient les jardins d’un château, des parcs zoologiques ou des larges jardins paysa­gers. A cette époque les gens étaient très intéressés à éprouver la nature. Puisque le paysage ouvert s’éloignait de plus en plus des villes, les jardins paysagés étaient un remplace­ment bienvenu, idéal pour avoir une compen­sation à la vie urbaine.

Avant l’industriali­sation les villes étaient petites et avaient une délimi­tation claire contre le paysage ouvert. Mais au fil du temps la surface bâtie s’est de plus en plus étendue dans le paysage ouvert. Par conséquent la distance à la nature vierge s’est allongé pour les hommes. Les villes ne pou­vaient plus remplir de manière adéquate la forte augmen­tation de demande de loisirs «dans la nature». Cela a contribué à l’aménagement de zones de séjour et de récré­ation dans les villes depuis le milieu du 18ème siècle, comme par exemple des jardins publics, parcs munici­paux ou forêts urbaines. Avec les jardins publics et parcs munici­paux il y a eu un saut dans l’évolution, car les parcs sont devenus acces­sibles à toute la popu­lation. Aupara­vant ils étaient seule­ment réservés aux nobles et aux riches. Cette évolution a été favorisée par une influence accrue de la bour­geoisie et d’une perte d’impor­tance de l'absolu­tisme.

Cette nouvelle époque de parcs a égale­ment débuté au milieu 19ème siècle dans les États-Unis. Là, les villes s’agrandis­saient rapide­ment et il fallait amener des structures vertes à proximité. Le Central Park de New York est un exemple de cette période. Ainsi en Allemagne aucune ville ne pouvait guère échapper à ce processus, où on a établie des parcs dans des endroits densément peuplées. Les parcs sont devenus un espace vert public dans la ville. Finale­ment, à la fin de cette chaîne évolu­tionnaire il y a la «ville verte», où au lieu de se limiter à aménager des espaces verts isolés, on a un concept d’ensemble urbain, incluant toutes les espaces vertes de la ville. Toutes sortes d’espaces vertes sont intégrées dans la planification urbaine pour en tirer profit plus efficace­ment. La dimension sociale, écolo­gique et écono­mique des parcs pour les villes, est aujourd'hui plus que jamais de haute importance.

hannover-park hannover-park



Aide | Mentions légales